Compost : comment créer un compost bien riche ?

Le compost est un engrais obtenu à partir du recyclage de différentes matières organiques. Il est utilisé pour protéger et nourrir les plantes. En plus, il possède d’autres avantages non négligeables. Il est parfait pour recycler les déchets ménagers et maintenir le sol en bon état. Pour en faire chez vous, suivez notre guide. Découvrez également ses avantages et les éventuels inconvénients de la méthode. Comment bien faire un compost ? Que faut-il mettre dans son compost ou que faut-il absolument proscrire ? Un résumé de tout ça dans cet article !

Déjà, c’est quoi un compost ?

Le compost est le résultat produit, en réalité, on parle de composteur. C’est un endroit dans votre jardin dans lequel vous allez laisser des matières organiques se décomposer. Plus vous allez ajouter de matières (déchets verts, alimentaires), plus votre compost va se remplir. Après quelques mois, vous pourrez récupérer la « terre » pour la réutiliser dans votre jardin, vos bacs à fleurs etc…. Un composteur doit donc présenter certaines caractéristiques pour permettre de créer un bon compost ! Si vous souhaitez fabriquer votre composteur, c’est possible, à condition de respecter les règles ci dessous

Choisir un composteur

La solution de facilité, c’est d’acheter un composteur ! Il en existe de toute taille et forme, le plus commun c’est le petit composteur carré de 1m sur 1m, qui est suffisant pour une famille ! J’ai un composteur de ce type et c’est largement suffisant pour la pelouse et les déchets alimentaires. Vous remarquerez que sur le bas des composteurs, il y a des trappes qui permettent de récupérer les déchets décomposés, sous forme de terre donc ! Il est vrai aussi que j’ai un tout petit terrain et qu’une fois sur deux, je mets l’herbe tondues dans le poulailler.

[amazon box= »B076SHBW5M,B07BBGZNJ6,B00A0IEA4Y » grid= »3″]

Autre solution plutôt que de l’acheter, c’est de fabriquer un composteur soi même, en palette par exemple

Comment réussir à faire un bon compost ?

Il faut donc avoir un bon composteur, que celui-ci soit fabriqué à la main ou acheté !

La conception du compost laisse à penser que nous pouvons tout mélanger. Ou qu’il suffit de placer les déchets dans un trou et attendre qu’ils fermentent. Toutefois, il y a certaines règles à suivre pour avoir un bon compost.

Choisir soigneusement le lieu pour la transformation

Vous pouvez faire du compost en creusant un trou directement dans le sol. Cependant, il est important que la zone soit humide. Pour fermenter correctement, les déchets ont besoin d’un certain degré d’humidité.

Si vous optez pour l’utilisation d’un composteur, faites en sorte que l’emplacement de celui-ci soit à l’ombre avec un contact direct avec le sol. Une exposition au soleil risque d’assécher vos déchets. Ce qui empêche toute fermentation pour l’obtention d’un compost.

Aérer et humidifier les déchets mélangés

Pour favoriser la transformation de vos déchets en compost, pensez à l’arroser de temps en temps avec de l’eau. Autrement, il est important de mélanger l’engrais afin que les composants soient bien confondus entre eux.

Diversifiez les déchets

Ne mettez pas que de l’herbe dans votre composteur ! Si vous souhaitez avoir un compost bien riche, il faut diversifier les déchets ! Pour réussir votre compost, vous pouvez alterner les couches de déchets humides et sèches. Prenez soin de toujours avoir des matières qui se décomposent vite. Par exemple, de l’ortie ou de l’herbe. Sinon, évitez de mettre de la pelure d’orange, cela repousse certains micro-organismes qui sont essentiels pour avoir un bon compost.

Bien organiser ses ingrédients

Pour avoir du compost en un temps record, il est judicieux de couper les ingrédients en petits morceaux. De même, il est préférable de ne pas mettre de troncs d’arbre ou de tiges dans le mélange. Généralement, ils prennent plus de temps à moisir.

Si vous souhaitez vraiment recycler les branches mortes ou en provenance d’un taillage, il faut les broyer. De cette façon, ils vont facilement s’intégrer aux autres déchets.

Pour démarrer vous pouvez aussi utiliser de l’activateur de compost, qui favorise le développement des bactéries et accélère le processus de compostage ! (ne pas utiliser quand il fait très chaud en juillet-août) ou très froid (décembre-janvier)

[amazon box= »B072JH35YJ,B007TYY5H4,B06W9NMCRF » grid= »3″]

Quels sont les avantages de l’utilisation du compost ?

La première chose à dire en ce qui concerne le compost c’est qu’il permet de recycler les déchets. C’est une démarche entièrement écologique. Il fait du bien à la planète et à la terre qui bénéficie de cet engrais naturel. Moins de poubelles à ramasser et brûler !

C’est de l’engrais gratuit

Le fait d’avoir un compost dans son jardin permet de fertiliser le sol sans devoir effectuer la moindre dépense. Non seulement vous êtes délesté de vos déchets, mais vous réduisez aussi d’un côté la pousse des mauvaises herbes. Ce point peut être un avantage tout comme un inconvénient du compost.

Il nourrit efficacement le sol

En créant un compost dans le jardin, vous nourrissez le sol de manière permanente. Ce qui fait que les végétaux vont pouvoir se nourrir de minéraux en quantité abondante. Et cela, qu’il fasse chaud ou froid.

Le compost aide à lutter contre les effets néfastes de l’érosion. Cela est dû aux matières organiques qui absorbent l’eau présente dans le sol. Durant la saison des pluies, le sol a la capacité d’emmagasiner un maximum d’eau sans se détériorer. Ensuite, il s’en sert pour nourrir les plantes durant les périodes sèches.

Il est parfait pour une culture bio

Pour faire dans le naturel, le compost est le meilleur allié des agriculteurs bio. Bien sûr pour une grande plantation, il faut un volume considérable de compost. Mais en tout cas, le résultat promet de l’engrais riche en NPK (Azote, Phosphore et Potassium). C’est le processus idéal pour une culture biologique.

Les inconvénients du compost

Le seul bémol visible sur la réalisation du compost concerne le temps de préparation de l’engrais. C’est une procédure qui n’est pas faite pour les personnes souvent impatientes. En fonction de la taille de votre compost, il faut compter entre une trentaine de jour et plusieurs mois avant de profiter de sa création 🙂

Il faut aussi consacrer un minimum de temps dans le suivi du processus. Comme vous avez pu le voir plus haut, il faut mélanger les déchets à un certain moment et de les mouiller. De sorte que tous les ingrédients qui composent l’engrais soient parfaitement mélangés.

Une autre contrainte aussi qui peut décourager certains, c’est le stockage des déchets en attendant la transition dans le composteur (qui est souvent loin de la cuisine). Si vous faites une soupe par exemple ou que vous préparez une salade, vous allez avoir des déchets à mettre au composteur, mais souvent il faut un récipient ou bac quotidien à vider dans le composteur. Ce genre de petit bac est très pratique et son couvercle permet d’éviter les mauvaises odeurs !

[amazon box= »B016BA053O » /]

Il se peut que vous ne réussissiez pas toujours du premier coup. Cependant, pas de panique dans ce cas, rien n’est perdu. Vous pouvez reprendre la technique en partant du compost que vous avez.

Quel déchet ne pas mettre dans son compost ?

Les déchets porteurs de maladies

Vous ne pouvez pas tout vous permettre dans votre compost. Il y a certains déchets qui freinent ou qui troublent le processus de compostage. C’est le cas avec les pelures de poires et de pommes. Elles peuvent être conductrices de maladie.

Il en va de même pour les arbres fruitiers et les rosiers. Il est préférable de les proscrire de votre liste de déchet à recycler. Ils peuvent compromettre la réussite de votre compost. De toute façon, comme évoqué plus haut, les branches sont trop grosses, à moins de les broyer avant de le mettre au compost.

Les pelures qui agissent comme des pesticides naturels

Il s’agit de la pelure des agrumes. Ils ont la capacité d’éloigner certains micro-organismes qui sont pourtant utiles à la décomposition des déchets. Au lieu d’avoir un processus rapide, vous avez un système de compostage au ralenti.

Cette image résume bien ce qui peut être mis (ou pas) au composteur

Les mauvaises herbes

Certes les herbes sont faciles à décomposer, mais avoir recours aux mauvaises herbes pour renflouer votre trou à compost n’est pas une très bonne idée. Elles peuvent repousser et entraver le processus de putréfaction de l’ensemble de vos déchets.

Les restes de nourriture qui risquent d’attirer les animaux

Évitez de mettre des restes de viande ou de poisson dans votre compost. Il y a de fortes chances que l’odeur puisse attirer des rongeurs et d’autres animaux. Comme les chiens, les chats, les ours…

N’oubliez pas que les coquilles de moules ou d’huitre ne sont pas faites pour se dégrader. Ils se fossilisent au fil du temps. Il est donc inutile de les mettre dans votre liste de matière à recycler.

Les cendres

Il faut éviter de mettre trop de cendre dans votre compost. Comme il a tendance à aspirer l’humidité, il peut freiner le processus de putréfaction de vos déchets. Si vous tenez vraiment à en mettre, faites-le, mais en faible quantité. Pour ma part, je garde les cendres pour le poulailler !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*